www.faune-cher.org
 Visiteur Anonyme  [CORE_TEXT_TAKE_PART]
VisionatureVisionature
Accueil
 
.
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Données et analyses
       - 
Citron 2020
       - 
Aurore 2020
       - 
Lézard des murailles 2020
       - 
Perruche à collier 19-20
       - 
Merle à plastron 2020
       - 
Hirondelle de fenêtre 19-20
       - 
Hérisson d'Europe 2020
       - 
Gendarme 2020
       - 
Melanocoryphus albomaculatus 2020
       - 
Ecureuil roux 2020
       - 
Alyte accoucheur 19-20
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Foire à questions
  Statistiques d'utilisation
Faune de votre commune
 - 
Atlas
 - 
Faune de votre commune
Nature 18
 - 
Code de déontologie du site
 - 
Code de bonne conduite sur le terrain
 - 
Pour débuter avec Faune-Cher.
 - 
Procédure Oiseaux des Jardins (ODJ) pour Faune Cher
Aides à la saisie
 - 
Le coin des papillons
 - 
Le coin des libellules
 - 
Code nidification
 - 
Le coin des hyméno
 - 
Le coin des orthopthères
 - 
Le coin des coléos
 - 
Le coin des gastéropodes
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 112
 
mercredi 8 juillet 2020
Oiseaux
2021 : lancement du prochain Atlas des Oiseaux de France !

Depuis la parution de l’Atlas des Oiseaux de France métropolitaine en 2015 (données de 2005-2012), l'avifaune a sensiblement évolué. A titre d'exemple, la Pie-grièche à poitrine rose ne semble plus être nicheuse en France. A l'inverse, l'Ibis falcinelle fait preuve d'un fort dynamisme au-delà de son bastion méditerranéen. Il semble donc important d’actualiser aujourd’hui nos connaissances.
Plus spécifiquement dans le Cher, le Hibou Grand-Duc ne figurait pas en tant que nicheur dans cet atlas alors que maintenant, il semble bien avoir colonisé le département.

Sous l’égide d’un Comité scientifique animé par la LPO et regroupant associatifs et chercheurs, émerge le projet d’un nouvel Atlas des Oiseaux de France. Il couvrira la période 2021-2024. Ses principaux objectifs sont de cartographier la répartition des différentes espèces d’oiseaux à l’échelle nationale, en période de nidification et d'hivernage, mais également d'améliorer l’estimation des tailles de populations. Cette information fait actuellement défaut pour près de 60% des espèces de l'avifaune nicheuse.

A l'occasion de cet ambitieux projet, dont les départements et territoires d’outre-mer font partie intégrante, l’ensemble des contributeurs de Faune-France (et donc Faune-Cher) seront mis à contribution par l’intermédiaire de leurs observations quotidiennes. Les données collectées sous forme de listes complètes, plus riches d'information, seront largement privilégiées dans les analyses envisagées.

Courant de l’automne, la méthode de prospection sera présentée, notamment par le biais de vidéos. Dans l'attente, un premier document décrit sommairement ce nouveau projet d'Atlas des oiseaux de France.

posté par Sébastien Brunet
 
dimanche 5 juillet 2020
Oiseaux
Pour la préservation de nos hirondelles !

Afin de mieux connaître l'état des populations des hirondelles du département et pour mieux les protéger, nous vous invitons à noter vos observations de nids de la façon suivante : 

- la localisation précise de votre observation (en ciblant au plus précis l'endroit sur le bâtiment où ils sont présents)
- noter en remarque la façade où les nids sont présents, ou sur quelle rue cela donne... 
- noter le nombre de nids occupés, nombre de nids détruits, nombre de nids en construction (cela vous est demandé automatiquement quand vous saississez votre observation sur l'ordinateur à partir du code atlas 12 ; par contre, via naturalist, il faut revenir sur votre observation en modifiant votre donnée sur l'ordinateur avec l'onglet "modifier colonie")
- joindre une photo des nids à votre observation. 

Ces observations demandent une rigueur un peu plus importante mais cela permettra de mettre en oeuvre des actions de préservation de ces espèces plus efficacement. 
Merci par avance
Nous restons à votre disposition pour toutes informations complémentaires : sebastien.brunet@nature18.org

Sébastien 
Chargé de missions biodiversité 
Nature 18 

posté par Sébastien Brunet
 
vendredi 5 juin 2020
🌿🦋 Défis naturaliste

🌿🦋 Défis naturaliste

Notre week-end naturaliste aura lieu du 6 au 8 juin 2020.
La situation actuelle ne nous permet pas d’organiser ce week-end comme nous l’avions prévu...

☀️ Alors à la place, nous vous lançons plusieurs défis à réaliser depuis chez vous !

👉 Vous êtes prêt ?

Défi n°1 : trouver une espèce de reptile
Défi n° 2 : trouver une espèce de punaise
Défi n°3 : trouver un nid d'hirondelle
Défi n°4 : trouver un hérisson

Et un défi papillons !

Vous trouverez toutes les informations ci-dessous pour réussir ces défis !

📸 Une occasion de mieux connaître la faune très proche de chez vous, en veillant à respecter la tranquillité et l'habitat de ces animaux !

Et bien sûr, à la fin de ce week-end, partagez toutes vos observations sur notre base de données en ligne et ouverte à tous : www.faune-cher.org

N'hésitez pas à nous contacter sur vous avez des questions !

#définaturaliste
#naturellementdehorshttp://files.biolovision.net/www.faune-cher.org/userfiles/dfi1.jpg


 

http://files.biolovision.net/www.faune-cher.org/userfiles/dfi2.jpg

posté par Sébastien Brunet
 
dimanche 17 mai 2020
Oiseaux
11ème recensement national des hérons nicheurs

Il est prévu cette année de recenser toutes les héronnières connues en France. Afin de connaître l'évolution des populations d'hérons nicheurs en France et dans notre département, ce suivi aura lieu en mai/juin/juillet. Il concerne les espèces suivantes : Héron cendré, Héron pourpré, Aigrette garzette, Héron garde-boeuf, Bihoreau grisen ce qui concerne le Cher. 

Pas besoin d'être un expert en ornithologie, ce resensement comprend seulement une visite brève sur la héronnière en privilégiant la tranquilité des oiseaux. Chaque nid sera compté en vérifiant son occupation par divers critères : aspect général, présence d’adultes ou de jeunes, présence de fientes fraîches (sur la végétation annuelle), présence de coquilles d’œufs, de nourriture. 

Vous êtes intéressés pour participer, contactez nous dès maintenant : sebastien.brunet@nature18.org et on vous dira si des sites sont présents autour de chez vous tout en vous guidant sur la méthode simple de recensement. 



Résumé du bilan du recensement précédent: 
Le 10ème Recensement National des colonies de Hérons arboricoles de France (7 espèces) a eu lieu au printemps 2014 (complété en 2015) grâce à un réseau réunissant plus de 1097 recenseurs appartenant à 152 organismes, coordonné par Loïc Marion. L'effectif total atteint 58 886 nids (contre 66 074 nids en 2007) répartis dans 2605  colonies-espèces (contre 1960 en 2007). Le Héron cendré est toujours de loin l’espèce la plus nombreuse mais baisse pour la première fois de 8% par  rapport à 2007 (29179  nids) malgré une forte augmentation du nombre de colonies (1677). Le Héron pourpré chute de 14% avec 2544 nids malgré là aussi une augmentation du nombre de colonies (220), mais l’effectif de la Dombes a de nouveau dû être grossièrement estimé à 250 nids dans 45 colonies en l’absence de recensement depuis 1994. Le Héron bihoreau, lui aussi hivernant encore très largement en Afrique, baisse de 3% (au lieu de 20% en 2007) avec 3285 nids dans un nombre de nouveau croissant de colonies (176). De manière inattendue, le Héron garde-bœufs chute de 17% à 11 777 nids malgré un nombre croissant de colonies (169 au lieu de 112), avec une chute conséquente sur la côte méditerranéenne et en MidiPyrénées, beaucoup moins sur la côte atlantique. L’Aigrette garzette suit le même chemin avec une baisse de 18,9% avec seulement 11 190 nids malgré l’augmentation du nombre de colonies (314 au lieu de 224). 

posté par Sébastien Brunet
 
vendredi 8 mai 2020
Papillons de jour
Inventaire des papillons dans le Cher !

Le 11 mai arrive, et tout en restant prudent, pour ceux qui le souhaitent, les sorties dans la nature à + d’1 m de chez soi seront possibles.

Dans ce cadre-là, plusieurs actions de prospections peuvent avoir lieu en lien avec les papillons dit de jour. 

Une démarche atlas départemental des papillons commence à être entreprise dans le Cher. Le but est de rechercher toutes les espèces de papillons que vous voyez, dans une maille de 5km sur 5 km, en prospectant différents milieux (humides, forestiers...) à différentes périodes. Si vous êtes intéressés pour faire cette recherche sur une maille autour de chez vous, contactez moi : sebastien.brunet@nature18.org 

Chacun peut aider à son niveau, des espèces sont faciles à détecter comme l'Aurore ou le Citron. Cartes respectives des observations en 2020 ici et ici

Au-delà de cette démarche atlas que nous entreprenons sur le Cher, des espèces du Plan Régional d’Actions (PRA) sont particulièrement recherchées.

Vous trouverez ce document du PRA (ainsi que les espèces ciblées) en cliquant sur ce lien :
https://we.tl/t-z0jl5GE1Yj

Si vous êtes intéressés pour rechercher ces espèces autour de chez vous, n’hésitez pas à revenir vers moi. Je pourrais vous transmettre les sites où il y a eu des anciennes données ou peut-être des secteurs potentiellement favorables, qui seraient intéressants de prospecter.

Pour vous aider dans vos prospections qui sont accessibles pour tous les niveaux (débutants et confirmés), l’an dernier, des clés d’aide à l’identification ont été réalisées. Vous les trouverez via ce lien suivant sur faune-cher :

https://www.faune-cher.org/index.php?m_id=20006

D'autres pourront suivre en fonction des besoins et du temps que nous pourrons y consacrer. N'hésitez pas à nous faire des retours sur ces documents pour les améliorer si nécessaire. 

Aussi, un groupe papillons et libellules existe à Nature 18, si vous êtes intéressés par ces insectes, que vous faites beaucoup de photos et que vous ayez besoin d'aides pour les identifier, nous pouvons vous intégrer à la liste des inscrits. 

Pour toutes informations : sebastien.brunet@nature18.org 

posté par Sébastien Brunet
 
mercredi 6 mai 2020
Amphibiens
A la recherche de l’Alyte accoucheur

Ce petit crapaud ne dépasse pas les 5 cm contrairement au Crapaud commun. L’image ci-dessous (provenant de nos amis de Vienne Nature) vous indique les critères pour identifier l’espèce. Mais sa détection est plus facile par son chant qui représente une note brève et flûtée très sonore pouvant être répétée 20 à 40 fois par minute. Il est surtout émis de nuit et lorsque la température de l’air est supérieur à 4 °C, et notamment entre avril et juin. Son chant peut vous évoquer celui du Hibou Petit-Duc qui est toutefois plus modulé.

Il fréquente de nombreux habitats tels que les lavoirs, sources, fontaines, bords de cours d’eau, jardins, mares, tas de bois, tas de sable, murets, etc. Nous connaissons très peu la répartition de l’espèce et sa situation dans le Cher. Aidez-nous à en savoir plus pour contribuer à sa conservation. A la tombée de la nuit, tendez l’oreille dans votre jardin, à votre fenêtre ou lors de votre promenade hebdomadaire (à moins d’1 km de chez vous et avec votre attestation).
Pour entendre son chant, vous pouvez cliquer sur le lien suivant :
http://www.bufo-alsace.org/amphibien/alyte-accoucheur-alytes-obstetricans/

posté par Sébastien Brunet
 
mercredi 29 avril 2020
Oiseaux
STOPPONS LE NOURRISSAGE POUR LES OISEAUX : La bactérie Suttonella ornithocola a causé la mort de nombreuses mésanges en Allemagne depuis mars 2020

Nouvelle provenant du site ornithomedia.com :

La bactérie Suttonella ornithocola a causé la mort de nombreuses mésanges en Allemagne depuis mars 2020

 

La Mésange bleue est la principale espèce infectée et l'Allemagne est le pays le plus touché, même si des cas ont aussi été signalés dans les pays voisins.


 

Introduction

 

Il est important de nourrir les oiseaux dans son jardin ou sur son balcon, mais cette activité a pour conséquence de favoriser les concentrations d’oiseaux, ce qui peut faciliter la propagation de maladies bactériennes ou virales, comme la variole aviaire, le virus Usutu, la salmonellose ou la trichomonose aviaire. Afin de limiter les risques, il est préférable de limiter cet apport d’aliments aux périodes de gel et de neige, et il convient de respecter des règles simples d’hygiène.
En Europe de l’Ouest, le Verdier d’Europe (Chloris chloris) est durement touché par la trichomonose aviaire depuis une quinzaine d’années, et le Merle noir (Turdus merula) a souffert du virus Usutu en 2018. En avril 2020, l’association allemande NABU a collecté sur son site web plus de 26 000 cas de mésanges malades ou mortes suite à une infection par Suttonella ornithocola, une bactérie de la famille des Cardiobactéries décrite en 1996 dans des poumons de Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) en Grande-Bretagne.

La suite de l'article sur : 
https://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/la-bacterie-suttonella-ornithocola-a-cause-la-mort-de-dizaines-de-milliers-de-mesanges-en-allemagne-depuis-mars-2020
 


LES ACTIONS A MENER 
 

Il faut d’abord préciser que Suttonella ornithocola est inoffensive pour les humains et les animaux domestiques. Toutefois, comme les oiseaux peuvent être porteurs d’autres agents pathogènes, il faut toujours être prudent lorsqu’il s’agit de manipuler des cadavres et il vaut mieux utiliser des gants qui seront ensuite jetés ou désinfectés.
Voici quelques mesures simples pouvant limiter la propagation de cette bactérie :

  • arrêter le nourrissage durant deux à quatre semaines si vous découvrez un cas suspect afin de réduire les risques de transmission. Il est de toute façon préférable d’arrêter l’apport de nourriture à partir de la fin mars (lire Quand faut-il arrêter de nourrir les oiseaux : en mars ou en avril ?). Si aucun cas n’est noté deux semaines après l’arrêt, reprendre progressivement le nourrissage, si vous désirez éventuellement aider les parents qui nourrissent leurs jeunes (lire Nourrir les oiseaux en été : oui, mais attention aux maladies) en réduisant la quantité de nourriture pour limiter les concentrations, le risque de contamination des aliments et l’accumulation de déchets. (MAIS NOUS VOUS CONSEILLONS FORTEMENT DE NOURRIR LES OISEAUX QU'EN PERIODE DE GEL ET DE FROID).

  • Nettoyer et désinfecter (par exemple à l’eau de Javel diluée) les mangeoires et les bassins et les laisser sécher.
  • Changer l’eau régulièrement.
  • Retirer les déchets et les fientes.
  • Déplacer de temps en temps les mangeoires.

Signalez tout cadavre suspect sur www.faune-cher.org avec la case "L'animal est mort ou blessé" et contactez nous : sebastien.brunet@nature18.org 

posté par Sébastien Brunet
 
lundi 27 avril 2020
Confinés mais aux aguets : bilan du mois écoulé
posté par Philippe Jourde, sur www.faune-france.org : vendredi 24 avril 2020, 08:31
 
 
 

L'opération "Confinés mais aux aguets" consiste à noter, idéalement sous formes de listes complètes, tous les animaux que l'on observe de son site de confinement. Le programme vise essentiellement les oiseaux et les papillons, mais toutes les espèces peuvent être notées.

Quelles données ?

Dans ce petit bilan, seules sont considérées les données du programme Oiseaux des jardins (par définition collectées chez soi) et celles issues de Faune-France et des bases partenaires marquées du code étude ou du commentaire "[ACasa] Confinés mais aux aguets" et collectées sous forme de listes. L'analyse porte su la période 19/03-19/04/2020.

Une participation importante

La participation à l'opération est importante et a suscité de nombreuses nouvelles inscriptions à Oiseaux des jardins, mais aussi, dans une moindre mesure, à Faune-France. Vous avez été 16.596 à transmettre des informations sous forme de listes via le module « Oiseaux des jardins » (15.659 observateurs, 94 %) et via Faune-France (957 observateurs, 6 %). Depuis le 15 mars, 112 contributeurs se sont inscrits sur le Cher.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/RougequeuefrontblancPatrickOgerlite.jpg

Rougequeue à front blanc mâle au bain dans le Maine-et-Loire. © Patrick Oger

Un inventaire impressionnant

L’inventaire des oiseaux s’appuie sur 528.596 données, dont 412.942 via l’Observatoire des oiseaux des jardins (78 %). Près de 116.000 données ont été collectées par listes complètes. Il est intéressant de noter que les 6 % des observateurs de l’opération Confinés ont collecté 22 % des données.

Au total, l’inventaire porte sur un impressionnant chiffre de 241 espèces dans le cadre de Confinés mais aux aguets et 217 d’Oiseaux des jardins !

Du plus fréquent au plus exotique

Beaucoup de contributeurs sont confinés en zones urbaines et ont l’opportunité d’observer les espèces anthropophiles, des jardins et des parcs, mais aussi des oiseaux bien plus exotiques (Capucin bec-de-plomb, Diamant mandarin, Inséparable rosegorge, Martin triste, Mésange azurée [!], Perruche alexandre, Tourterelle rieuse…). Les espèces les plus fréquemment mentionnées demeurent le Merle noir, le Moineau domestique, la Mésange charbonnière et le Pigeon ramier.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/Martintriste-PhilippeGeniezlite.jpg

Martin triste observé à Frontignan. © Philippe Geniez

De la mer à la montagne

Certains chanceux ont vue sur la mer et notent depuis leur balcon ou leur jardin des espèces pélagiques et côtières (Bécasseau sanderling, Fou de Bassan, Guillemot de Troïl, Puffin des Baléares, Plongeon imbrin…).

D’autres peuvent, toujours de chez eux, observer des étangs, une rivière ou une lagune et ont pu noter une impressionnante diversité d'oiseaux d'eau (Cincle plongeur, Flamant rose, Harle bièvre, Ibis falcinelle, Sternes caspienne ou hansel...).

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/PicvertJPMarielite.jpg

Pic vert normand. © Jean-Pierre Marie

Les forestiers nous offrent tous le cortège des pics (7 espèces), des mésanges (7 espèces), les deux grimpereaux, le Pouillot siffleur et l’Autour des palombes.

Les résidents méridionaux complètent la liste avec le cortège des espèces méditerranéennes (Coucou geai, Étourneau unicolore, Faucon crécerellette, Fauvettes passerinette, Guêpiers d’Europe, Hirondelles rousseline, Moineau cisalpin, Rollier d’Europe et même le rarissime Cochevis de Thekla !!!).

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/Petit-DucThibautFerrieux.jpg

Petit-Duc scops, tout près d'une maison ardéchoise. © Thibaut Ferrieux

 

Enfin, les montagnards mentionnent, quant à eux, des espèces bien différentes, dont la rare Chevêchette d’Europe, repérée d’un jardin,  ou le Chocard à bec jaune, ainsi que tous les grands rapaces à l’exception, pour le moment, du Gypaète barbu et du Percnoptère d’Égypte

Migrateurs

Fort heureusement pour tous, des millions d’oiseaux migrent et survolent quotidiennement nos maisons, parfois se posent dans les jardins. Soixante-sept Balbuzards pêcheurs ont été observés, des Grues cendrées, des Merles à plastron (115 données) mais aussi de nombreux limicoles, comme le Courlis corlieu, ou des passereaux classiquement moins détectés comme la Gorgebleue à miroir.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/BusardcendrMichelAgronlite.jpg

Busard cendré près des immeubles, en périphérie de Meulin. © Michel Agron

Les passionnés de migration nocturne ont repéré de nombreuses vocalisations, dont celles des rares Butor étoilé, Marouettes ponctuées et de Baillon ou celles, plus ténues, du Pipit à gorge rousse.

Et du côté des papillons ?

Plus de 2.000 observateurs ont transmis des données de papillons, dont quelques-uns par listes complètes. À ce jour, mais la saison ne fait que commencer, 51 espèces ont été inventoriées. Les plus fréquemment observées sont le Tircis, le Citron et l’Azuré des Nerpruns. Un observateur a eu la chance de détecter la présence du Damier de la succise, protégé au plan européen.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/FlambMarcBrenezechlite.jpg

Flambé sur un cerisier en fleur. © Marc Benezech

Bravo à tous pour ces passionnantes observations. Nous comptons sur vous pour continuer à transmettre vos informations, idéalement transmises sous forme de listes.

Légende de l'image : la Chevêche d'Athéna a été repérée dans près de 140 localités durant ce premier mois de confinement. © Philippe Jourde.

posté par Sébastien Brunet
 
lundi 20 avril 2020
Punaises
Confinés mais aux aguets ! Défi Punaises ! A vos observations !

Le monde des insectes est vaste et celui des punaises n'en déroge pas ! 

Zoom sur deux punaises "rouge et noire" 

Pyrrhocoris apterus :

Cet insecte est bien connu sous le nom de "Gendarme". Il est la punaise la plus répandue en Europe. 

Aux alentours de 10 mm, cette punaise est de couleur rouge et noir : pattes noires, tête noire, pronotum (haut du "corps de l'insecte) rouge avec une grande tache noire, scutellum (triangle au milieu du "corps") noir + cories rouges (milieu-bas du "corps") avec chacune une grande tâche ronde accomapgnée d'une petite tâche noire au-dessus.

Plusieurs punaises peuvent lui ressembler. Si vous avez des individus avec des motifs différents, il est mieux de faire une photo et de se renseigner sur les autres espèces. 


Carte issue des observations 2020 :  ICI

Melanocoryphus albomaculatus :

De la famille des Lygaeidae, cette punaise "rouge et noire" peut aux premiers abords être confondue par le "Gendarme" (Pyrrhocoris apterus).
 

Melanocoryphus albomaculatus est un insecte assez petit (7 à 9 mm), reconnaissable par le point blanc vers le milieu de la membrane noire, une tête noire, et un point noir sur chaque corie (bordure du "corps") ainsi les deux bandes noires sur le pronotum ("haut du corps") qui convergent vers le base. 

Plusieurs punaises peuvent lui ressembler. Si vous avez des individus avec des motifs différents, il est mieux de faire une photo et de se renseigner sur les autres espèces. 

Carte issue des observations 2020 : ICI

http://files.biolovision.net/www.faune-cher.org/userfiles/punaiserouge.jpg


Et si vos punaises ne ressemblent à aucune des deux, vous avez surement affaire à une autre espèce. 


Pour plus d'informations sur les punaises "rouge et noire" : 

https://www.insecte.org/spip.php?article72

posté par Sébastien Brunet
 
jeudi 16 avril 2020
Papillons de jour
Aide à la détermination des papillons dits de jour : dynamique atlas

Amoureux des papillons, entomologistes passionnés ou confirmés, amoureux de la photographie, vous trouverez ici plusieurs clés d'aide à la détermination des papillons dans le Cher. Dans le cadre d'une dynamique atlas des papillons et zygènes du Cher qu'on initie en 2020 et qui se poursuivra pendant plusieurs années, toutes vos observations serviront à mieux connaître les espèces. 
N'hésitez pas à les partager sur la base de données, par contre, pour le moindre doute d'identification, merci de nous envoyer un mail (avec photo si possible) pour qu'on vous aide à déterminer l'espèce, plutôt que la saisir sur la base de données. Merci

Pour toutes questions, aides : sebastien.brunet@nature18.org 


Clé simplifiée des papillons dit de jour du Cher : 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-cher.org/userfiles/clsimplifierhopaloCherV1.pdf

Clés des "Nacrés" et "Mélitées" du Cher : 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-cher.org/userfiles/clnacrmlites.pdf


Clés des Azurés du Cher : 


https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-cher.org/userfiles/clazur.pdf
 


Belles observations 

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-cher.org/userfiles/Aurore.JPG

Aurore mâle

posté par Sébastien Brunet
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 112

Faune-Cher a été acquis par Nature 18 grâce à un partenariat avec la LPO.
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020